Lentement, mais sûrement

Hello lecteur/lectrice, j’espère que tu vas bien et que le froid qui nous tombe dessus (en France métropolitaine hein) ne t’atteint pas trop. Ici ça va, la transition vers l’artisanat suit son cours. Comme tu as pu le constater, il n’y a pas eu d’article le mois dernier. Il n’y avait pas grand chose à dire car je n’avais pas pu avancer comme prévu. J’ai été bien malade pendant pas mal de semaines sur septembre/octobre (pas le coronavirus, ouf), rien de grave, mais quelques petits symptômes qui mis bout à bout m’ont épuisée. Alors j’ai écouté mon corps et je me suis posée.

Si tu me suis sur Instagram, tu as vu que j’ai pu reprendre mes activités. J’ai commencé par une formation courte en ligne, en maroquinerie, sur la plateforme Domestika. L’instructrice n’était autre que la créatrice de Mila Jito. C’est de savoir qu’elle donnait ce cours qui m’a décidée à le suivre. Je la suis sur Instagram et j’adore ses modèles : ils sont tellement originaux et spécifiques à sa marque. Donc j’ai voulu voir sa façon de travailler, m’inspirer d’elle pour pouvoir développer mon empreinte également.

Mila Jito sur Domestika

Mon retour sur ce cours est positif, mais je ne le recommande pas pour des complets débutants en maroquinerie. Comme les techniques sont abordées assez rapidement, je trouve qu’il faut quand même un petit socle de connaissances avant d’aborder ce cours. Ensuite, le cours est en anglais, mais la plateforme fourni la traduction en sous-titrage. C’est pas parfait mais ça fait le job. Après, il y a d’autre cours sur cette plateforme, divers thèmes sont abordés (du dessin, de la photographie, création de sites, du marketing etc) et les tarifs sont plus qu’abordables je trouve, ça va de 10€ à 40€ selon le cours. Il faudra juste vérifier au niveau qualité du coup si le prix reflète le niveau. Pour le cours de maroquinerie, j’ai bénéficié d’une promotion pour le lancement, soit 50%. Mais il vaut 40€. Même sans la promotion, c’est plus qu’abordable car on a tout pour faire son sac. Bien sûr il faut en plus se fournir en cuir et outils, mais on termine avec son produit fini.

Concernant ma version du sac, je suis partie du modèle présenté par Mila Jito bien sûr, mais je l’ai simplifié. D’une part pour tester mon gabarit, et ensuite pour n’utiliser que les accessoires que j’avais déjà en stock. J’ai quand même acheté du cuir à La Trouvaille, deux tons différents de violet, et aux grains différents également. Je suis contente de moi car le gabarit tombe impec, le format mini me convient assez. Mon seul regret, ou erreur, est le renfort utilisé : j’ai mis du Texon (une fibre de cellulose ou plaque de carton à haute densité) partout et ça a changé complètement la main des cuirs, ça les a trop rigidifié. C’est donc un sac qui se tient très bien, mais qui fait effet carton. C’est une bonne leçon pour recommencer avec un renfort bien plus souple, soit du Salpa (de la poussière de cuir reconstituée) ou une Microfibre synthétique appelée, Micron ou Mycron. Par la même occasion je vais prototyper ce même sac avec un montage différent pour le gousset, et je vais également tenter l’agrandissement du sac. Donc 2 projets de maroquinerie à venir car le gabarit avec le montage différent du gousset est déjà prêt.

Toujours en MAROQUINERIE, j’ai terminé mon premier stock de porte-cartes. J’en ai encore en attente à assembler. Mais je ne vous cache pas que j’ai enchaîné sur un autre produit, histoire de changer un peu de thème. Je vous montrerai ça au prochain post.

On passe à la COUTURE. Ca va aller vite, je n’ai cousu que le pantalon que je vous avais montré dans mon article précédent : le Morella de chez Pauline et Alice. J’ai utilisé du coton imprimé façon wax acheté sur le marché de ma ville, en guise de toile. J’ai bien fait car la coupe ne me convient pas du tout. La coupe du bassin est trop haute, il faut que je diminue cette partie. La ligne de modification est prévue sur le patron donc il ne me reste plus qu’à m’y mettre à vrai dire… Mais j’ai privilégié la maroquinerie ce mois-ci. Donc ma liste de projets coutures ne fait qu’augmenter. Je ne désespère pas, je vais bien arriver à réduire cette liste car mon objectif est de me coudre mes vêtements, et à vrai dire, j’ai vraiment besoin de vêtements potables à me mettre, je tourne avec le même set là, et à force, il ne vont plus être mettables.

Vous le savez sûrement car je l’ai très probablement mentionné plusieurs fois ici : je travaille la plupart du temps avec les séries tv en fond, quand je n’écoute pas de musique ou de podcasts. En ce moment, bien sûr c’est plutôt avec les téléfilms de Noel. Mais je vous parle quand même de ma série du moment : Why women kill, sur Prime Vidéo. C’est passé sur M6 l’an dernier mais je n’avais pas regardé à ce moment.

Même si le sujet abordé est triste, à savoir l’infidélité conjugale, c’est abordé de façon loufoque et ça fait du bien. Pendant mes pauses, les épisodes m’ont bien fait rire. J’aime bien l’idée que le fil conducteur soit une maison, pour y suivre 3 femmes à 3 époques différentes. C’est créé par Marc Cherry, le créateur de Desperate housewives par exemple, on y reconnait d’ailleurs sa touche d’humour noir ponctué de situations cocasses. Si vous aimez ce genre de série, je vous la recommande chaudement. Pour l’instant il n’y a que la saison 1 sur Prime, mais il y a bien une saison 2 à suivre. Qu’est ce qui m’a fait suivre cette série ? La présence de Lucy Liu dans la distribution. J’adore cette actrice depuis que je l’ai découverte dans Ally Mc Beal (oui ça date), et j’avoue que dans cette série je la trouve excellente. Les 3 actrices sont excellentes de toutes les façons. Ca change Lucy Liu de ses rôles plus sérieux comme dans Elementary que j’ai aussi adoré bien sûr. Sans parler de ses tenues sur lesquelles j’ai bien lorgné, par contre ce sont celles de Ginnifer Goodwin, alias Beth Ann dans la série, la femme au foyer des années 1960 qui me font de l’œil dans cette série. Un faible pour le vintage comme toujours. D’ailleurs, si comme moi vous voulez vous inspirer des tenues des actrices dans les séries, je vous recommande le site web Worn on tv. C’est en anglais mais il s’agit d’un moteur de recherche intuitif des séries ou autres shows tv (par exemple il y a même the Voice USA) où on trouve les tenues portées par les acteurs. S’il y en a une qui vous a tapé dans l’œil, vous pouvez rechercher par saison puis épisode et il y a de fortes chances que vous trouviez les références de la tenue en question, ainsi qu’une alternative bien moins chère que l’originale. Et oui, le budget des plateaux tv n’est pas à la portée du commun des mortels.

Voilà pour aujourd’hui. Je n’ai pas voulu être trop longue, mais vous le savez, je suis piplette. J’en garde pour le prochain post, où je vous montrerai probablement d’autres porte-cartes, des vide-poches, et j’espère, un autre sac.

Publié par delphineco

Maman en reconversion professionnelle, et donc entre 2 métiers. D'un naturel optimiste, bavarde mais en même temps timide, j'aime profiter de la vie et utiliser mon esprit créatif pour voir le bon côté des choses. Comme le dit Snoopy, "on ne meurt qu'une fois, on vit tous les jours" :)

Un avis sur « Lentement, mais sûrement »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :