Parlons Couture

Hello les amis. Vous savez quoi? J’ai cousu! En – fin! Vous me direz que je couds casi tout le temps en maroquinerie, mais là je parle de couture de vêtements, coudre du tissu. Pour moi 🙂

Ma dernière couture date de novembre et encore, ça a été un fiasco, une déception, alors que j’étais motivée et surtout que je me suis décidée à coudre les vêtements que je porte. Pas trop le budget pour m’en acheter, pas envie d’aller faire du shopping, ce n’est vraiment pas mon truc, et en ces temps de covid, pas non plus envie de passer mon temps dans les magasins. Je pourrais commander en ligne, mais j’ai besoin d’essayer avant d’acheter, et pas envie de devoir renvoyer, repasser la commande pour éventuellement échanger etc, bref, vous l’aurez compris, ce n’est pas mon truc.

Je suis donc partie pour coudre ma garde-robe. Sauf que j’ai manqué de temps, et de motivation, ou, parlons franchement, d’organisation. D’ailleurs, dans mon article précédent je vous parlais de cette fameuse organisation, et il n’y a pas photo : quand on s’y attelle et qu’on suit son programme, et qu’on se laisse un minimum de souplesse, ben ça fonctionne, on avance tranquillement dans ses projets. J’ai donc pu coudre grâce à cela.

Bon, revenons à nos moutons. J’ai donc cousu un manteau. Le fameux I Am Artémis de chez I am Patterns. C’est un patron sorti il y a au moins 5 ans, mais que je trouve intemporel, en plus de sa simplicité. Il existe en PDF sur le site d’I am patterns (je vous ai mis le lien plus haut), mais aussi dans le livre Dressing Idéal de la marque. De base, il n’est pas doublé, mais il existe une extension gratuite à télécharger pour doubler la version veste. Ah oui, Artémis existe en veste, trench ou manteau long. J’ai choisi de me coudre la version trench, j’avais peur que le manteau soit trop long pour mon mètre 63. Et j’avoue être contente de la longueur choisie.

J’ai coupé la taille 46, selon mes mensurations et ce qui correspondait au tableau des mesures du patron (dans le commerce je fais plutôt un 42), mais c’est finalement trop grand. Ca donne un effet oversize qui ne tombe pas super bien je trouve. Pas grave, je suis bien dedans, et comme il n’est pas doublé, je peux mettre une gros gilet, une veste-doudoune fine, ou un blouson en cuir comme je l’ai fait sur les photos. Comme je l’ai dit plus haut, ce patron est vraiment très simple, mais j’avoue qu’au départ je ne le comprenais pas. Je suis très visuelle, et en général, je comprends à quoi correspond chaque pièce de patron sur le vêtement. Mais le devant séparé en 2, une partie haute et une partie basse, m’a d’abord laissée dubitative. Même en regardant les explications j’avais vraiment du mal à comprendre. Puis je me suis bêtement laissée guidée une fois le tissu coupé, et la lumière s’est faite. J’ai même trouvé cela ingénieux et finalement, très simple. Je me répète, mais ce patron est tellement simple à réaliser que les 6 heures annoncées pour faire son manteau ne sont pas irréelles. Bon, si on retire les galères d’aiguilles qui cassent parce qu’on a pas mis celle qui correspond à l’épaisseur du tissu à coudre, puis les galères de surjeteuse à renfiler, coupe du tissu inclus, on ne dépasse pas les 6h, et je pense que maintenant que j’ai compris ce patron, 4-5 heures devraient suffire. Parce que oui, je vais m’en refaire un dans ce patron, mais cette fois ci, à ma taille, et doublé.

Ah oui, je suppose que ça a été corrigé, sur ma version livre, il y avait la pièce « bas de manche » à raccorder au dos , et ça n’était pas mentionné du tout dans les explications. D’ailleurs cette pièce n’apparaissait pas dans le plan de coupe. Juste sur les planches patron à recopier. Bon, rien d’insurmontable heureusement, et puis en voulant assembler les devants et le dos, on se rend bien compte que les manches ne sont pas à la même longueurs. Donc au cas où, bien penser à les accorder aux manches du dos, avant d’assembler dos et devants.

Pour les détails de ma version, j’ai choisi un vieux lainage récupéré dans le stock de ma défunte maman. Il était dans un sachet des tissus Reines, donc je suppose qu’il vient de là. Il doit avoir au moins 20 ans, donc pas la peine de le chercher en boutique ou demander la référence. Il ne s’effiloche pas trop, et n’est pas trop épais, donc ca a été agréable à coudre. J’avais un peu peur de la sensation car je le trouvais un peu rêche, mais vue qu’il ne touche pas ma peau directement, ça va. Il est un poil translucide quand on regarde bien, pour vous dire à quel point il n’est pas super épais. Malgré tout, il tient chaud. Je l’ai testé pour ma p’tite marche quotidienne, par 8-9°C, avec mon petit blouson en cuir dessous, et c’était impeccable. Lors de mon premier essayage je trouvais que les poches étaient un peu hautes, mais au final, pour marcher les mains dans les poches, c’était très bien.

Les couturières aguerries verront que certains raccords des carreaux ou lignes ne sont pas exacts. C’est vrai, et j’avoue que je ne m’en suis pas trop occupée. Je couds pour me constituer ma garde-robe, sans me mettre de pression. Il faut savoir qu’en maroquinerie je suis très exigeante avec moi-même, je me laisse très peu de marge d’erreur. Alors à côté de ça, je lache du lest, je veux que la couture reste un loisir. C’est aussi pour cela que je ne vais pas m’amuser à reprendre, ajuster, hacker etc un patron. Je veux pouvoir me laisser guider tranquillement sans trop réfléchir comme je le fais déjà en maroquinerie. Vous le savez, je fais de la maroquinerie de A à Z, du dessin au produit fini, et donc je dois prototyper pas mal mes produits avant d’obtenir le résultat voulu. Je n’ai pas envie de ça avec la couture. Et c’est donc aussi pour cela que je pars sur des patrons simples, sans trop de fioritures, faciles à faire en 2 jours max. Je ne dis pas que je ne ferai pas des vêtements plus élaborés un jour, mais ce seront, je pense, des exceptions, pour des occasions particulières, ou alors parce que j’ai plus que flashé sur le modèle présenté.

Alors pourquoi coudre si ce n’est pas pour au moins personnaliser mes vêtements ? Je vous en parlerai dans un autre post, parce que celui là va finir en roman si je me lance sur le sujet.

Je conclus avec mon premier manteau cousu, pas parfait, mais quand même bien fini. Les raccords ne sont pas tous impecc, mais pour un premier manteau, porté dans un style plutôt casual, ça le fait bien. Il me protège par temps pas trop glacial. Je suis donc satisfaite. A suivre pour la prochaine version.

En attendant, prenez soin de vous et profitez quand même des p’tits plaisirs de la vie.

Publié par delphineco

Maman en reconversion professionnelle, et donc entre 2 métiers. D'un naturel optimiste, bavarde mais en même temps timide, j'aime profiter de la vie et utiliser mon esprit créatif pour voir le bon côté des choses. Comme le dit Snoopy, "on ne meurt qu'une fois, on vit tous les jours" :)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :