Lentement, mais sûrement

Hello lecteur/lectrice, j’espère que tu vas bien et que le froid qui nous tombe dessus (en France métropolitaine hein) ne t’atteint pas trop. Ici ça va, la transition vers l’artisanat suit son cours. Comme tu as pu le constater, il n’y a pas eu d’article le mois dernier. Il n’y avait pas grand chose à dire car je n’avais pas pu avancer comme prévu. J’ai été bien malade pendant pas mal de semaines sur septembre/octobre (pas le coronavirus, ouf), rien de grave, mais quelques petits symptômes qui mis bout à bout m’ont épuisée. Alors j’ai écouté mon corps et je me suis posée.

Si tu me suis sur Instagram, tu as vu que j’ai pu reprendre mes activités. J’ai commencé par une formation courte en ligne, en maroquinerie, sur la plateforme Domestika. L’instructrice n’était autre que la créatrice de Mila Jito. C’est de savoir qu’elle donnait ce cours qui m’a décidée à le suivre. Je la suis sur Instagram et j’adore ses modèles : ils sont tellement originaux et spécifiques à sa marque. Donc j’ai voulu voir sa façon de travailler, m’inspirer d’elle pour pouvoir développer mon empreinte également.

Mila Jito sur Domestika

Mon retour sur ce cours est positif, mais je ne le recommande pas pour des complets débutants en maroquinerie. Comme les techniques sont abordées assez rapidement, je trouve qu’il faut quand même un petit socle de connaissances avant d’aborder ce cours. Ensuite, le cours est en anglais, mais la plateforme fourni la traduction en sous-titrage. C’est pas parfait mais ça fait le job. Après, il y a d’autre cours sur cette plateforme, divers thèmes sont abordés (du dessin, de la photographie, création de sites, du marketing etc) et les tarifs sont plus qu’abordables je trouve, ça va de 10€ à 40€ selon le cours. Il faudra juste vérifier au niveau qualité du coup si le prix reflète le niveau. Pour le cours de maroquinerie, j’ai bénéficié d’une promotion pour le lancement, soit 50%. Mais il vaut 40€. Même sans la promotion, c’est plus qu’abordable car on a tout pour faire son sac. Bien sûr il faut en plus se fournir en cuir et outils, mais on termine avec son produit fini.

Concernant ma version du sac, je suis partie du modèle présenté par Mila Jito bien sûr, mais je l’ai simplifié. D’une part pour tester mon gabarit, et ensuite pour n’utiliser que les accessoires que j’avais déjà en stock. J’ai quand même acheté du cuir à La Trouvaille, deux tons différents de violet, et aux grains différents également. Je suis contente de moi car le gabarit tombe impec, le format mini me convient assez. Mon seul regret, ou erreur, est le renfort utilisé : j’ai mis du Texon (une fibre de cellulose ou plaque de carton à haute densité) partout et ça a changé complètement la main des cuirs, ça les a trop rigidifié. C’est donc un sac qui se tient très bien, mais qui fait effet carton. C’est une bonne leçon pour recommencer avec un renfort bien plus souple, soit du Salpa (de la poussière de cuir reconstituée) ou une Microfibre synthétique appelée, Micron ou Mycron. Par la même occasion je vais prototyper ce même sac avec un montage différent pour le gousset, et je vais également tenter l’agrandissement du sac. Donc 2 projets de maroquinerie à venir car le gabarit avec le montage différent du gousset est déjà prêt.

Toujours en MAROQUINERIE, j’ai terminé mon premier stock de porte-cartes. J’en ai encore en attente à assembler. Mais je ne vous cache pas que j’ai enchaîné sur un autre produit, histoire de changer un peu de thème. Je vous montrerai ça au prochain post.

On passe à la COUTURE. Ca va aller vite, je n’ai cousu que le pantalon que je vous avais montré dans mon article précédent : le Morella de chez Pauline et Alice. J’ai utilisé du coton imprimé façon wax acheté sur le marché de ma ville, en guise de toile. J’ai bien fait car la coupe ne me convient pas du tout. La coupe du bassin est trop haute, il faut que je diminue cette partie. La ligne de modification est prévue sur le patron donc il ne me reste plus qu’à m’y mettre à vrai dire… Mais j’ai privilégié la maroquinerie ce mois-ci. Donc ma liste de projets coutures ne fait qu’augmenter. Je ne désespère pas, je vais bien arriver à réduire cette liste car mon objectif est de me coudre mes vêtements, et à vrai dire, j’ai vraiment besoin de vêtements potables à me mettre, je tourne avec le même set là, et à force, il ne vont plus être mettables.

Vous le savez sûrement car je l’ai très probablement mentionné plusieurs fois ici : je travaille la plupart du temps avec les séries tv en fond, quand je n’écoute pas de musique ou de podcasts. En ce moment, bien sûr c’est plutôt avec les téléfilms de Noel. Mais je vous parle quand même de ma série du moment : Why women kill, sur Prime Vidéo. C’est passé sur M6 l’an dernier mais je n’avais pas regardé à ce moment.

Même si le sujet abordé est triste, à savoir l’infidélité conjugale, c’est abordé de façon loufoque et ça fait du bien. Pendant mes pauses, les épisodes m’ont bien fait rire. J’aime bien l’idée que le fil conducteur soit une maison, pour y suivre 3 femmes à 3 époques différentes. C’est créé par Marc Cherry, le créateur de Desperate housewives par exemple, on y reconnait d’ailleurs sa touche d’humour noir ponctué de situations cocasses. Si vous aimez ce genre de série, je vous la recommande chaudement. Pour l’instant il n’y a que la saison 1 sur Prime, mais il y a bien une saison 2 à suivre. Qu’est ce qui m’a fait suivre cette série ? La présence de Lucy Liu dans la distribution. J’adore cette actrice depuis que je l’ai découverte dans Ally Mc Beal (oui ça date), et j’avoue que dans cette série je la trouve excellente. Les 3 actrices sont excellentes de toutes les façons. Ca change Lucy Liu de ses rôles plus sérieux comme dans Elementary que j’ai aussi adoré bien sûr. Sans parler de ses tenues sur lesquelles j’ai bien lorgné, par contre ce sont celles de Ginnifer Goodwin, alias Beth Ann dans la série, la femme au foyer des années 1960 qui me font de l’œil dans cette série. Un faible pour le vintage comme toujours. D’ailleurs, si comme moi vous voulez vous inspirer des tenues des actrices dans les séries, je vous recommande le site web Worn on tv. C’est en anglais mais il s’agit d’un moteur de recherche intuitif des séries ou autres shows tv (par exemple il y a même the Voice USA) où on trouve les tenues portées par les acteurs. S’il y en a une qui vous a tapé dans l’œil, vous pouvez rechercher par saison puis épisode et il y a de fortes chances que vous trouviez les références de la tenue en question, ainsi qu’une alternative bien moins chère que l’originale. Et oui, le budget des plateaux tv n’est pas à la portée du commun des mortels.

Voilà pour aujourd’hui. Je n’ai pas voulu être trop longue, mais vous le savez, je suis piplette. J’en garde pour le prochain post, où je vous montrerai probablement d’autres porte-cartes, des vide-poches, et j’espère, un autre sac.

Vers l’artisanat, on y est!

Salut lectrice, lecteur, je suis contente de te retrouver car j’ai quelques infos sympas à te raconter 🙂

Comme l’indique le titre, ca y est, je touche du doigt ma reconversion vers l’artisanat

Je t’explique tout ça : comme tu le sais, je travaillais comme gestionnaire paie, dans l’aérien. Mais tu te doutes bien que depuis mars 2020, le secteur est mis à mal, les frontières ne sont pas toutes ouvertes, donc les avions sont encore quelques uns à être cloués au sol, et les destinations ouvertes ne sont pas celles qui remplissent généreusement les caisses. Il a donc fallu prendre des décisions, en plus de la mise en place de l’activité partielle et des aides de l’Etat pour sauver les meubles. L’une d’entre elle, et ce qui nous intéresse ici, est le PDV ou Plan de Départ Volontaire.

En gros, plutôt que de faire des licenciements secs, il a été décidé de permettre aux salariés proches de la retraite, ou ayant des solutions de repli (nouvel emploi, promesse d’embauche, création ou reprise d’entreprise, etc), de quitter la compagnie sereinement pour ces divers projets, après avoir présenté un dossier béton malgré tout. Le but n’étant toujours pas de mettre les salariés au chômage.

Photo de Andrea Piacquadio sur Pexels.com

Tu l’auras compris, j’ai sauté sur l’occasion : pouvoir enfin créer comme il faut mon entreprise artisanale, sans être slasheuse, c’est à dire, ne plus être salariée à côté, et me consacrer uniquement à ma création d’entreprise. Mon corps m’a déjà bien fait comprendre que je devais lever le pied, et que cumuler 2 activités n’était plus pour moi. L’opportunité de pouvoir être accompagnée pour créer mon entreprise est donc une aubaine pour moi, je repars donc à zéro avec mon entreprise.

En conséquence, fin 2020, en prévision de ce PDV, j’ai fermé la micro-entreprise que j’avais crée en 2018 et qui, de toutes les façons partait dans tous les sens, pour aboutir à pas grand chose, à part de la fatigue et de la frustration pour moi. Fin juin, j’ai effectué mes tous derniers jours en tant que salariée, puis j’ai décidé de me reposer à fond pendant ma période de transition. Alors j’ai pris de looooongues vacances cet été, et on ne va pas se mentir, ça m’a fait le plus grand bien, j’en avais besoin. D’autant plus que j’ai eu la chance d’avoir un vrai été sous le soleil d’Espagne, contrairement à la France. En aout j’ai pu commencer mon accompagnement à distance, j’étais à la fois contente, excitée et un peu stressée. Mais ça a été, c’était intéressant et instructif.

Mon accès à la plage 🙂

Début Septembre, j’ai réalisé que mon nouveau métier allait me forcer à rester la majeure partie de mon temps chez moi, sans voir qui que ce soit. C’est une des leçons que j’ai retenue des précédents confinements et du télétravail. Ca ne me dérange pas en temps normal, je suis assez casanière et solitaire, d’autant plus s’il s’agit d’exercer des activités passionnantes pour moi. Mais la distanciation sociale a atteint ses limites chez moi, malgré la peur de ce foutu coronavirus. Je me suis donc dit que si les conditions sanitaires le permettaient, dès que j’en avais l’oportunité il me fallait sortir. Alors j’ai bien voulu enfin rencontrer mon accompagnatrice et je me suis donc rendue sur site pour ce rdv. Il en est ressorti un bel échange, un sentiment d’accomplissement, la motivation pour aller encore plus loin… Mais ne brulons pas les étapes encore une fois. Je continue sagement à travailler sur les « devoirs » donnés par mon accompagnatrice, à réfléchir sur ma stratégie, ma cible, mes produits etc. Je continue aussi à me fournir en matériel pour la maroquinerie, je n’en ai jamais assez mdr.

Côté couture, j’ai cousu cet été avant de partir, j’avais la gnac et l’envie d’une nouvelle garde-robe (la vraie cause : kilos en trop, plus rien ne me va) . Ma surjeteuse m’a lâchée, elle est donc actuellement en réparation. Pendant mes vacances, l’envie s’en est allée, j’ai juste cousu un pyjashort vite-fait. A mon retour de vacances, ma surjeteuse me manque tellement que je n’ai pas envie de coudre sans elle, alors que les nouveautés chez I Am Patterns ou chez Pauline Alice me font pourtant de l’oeil.

J’ai l’idée de continuer à me faire une nouvelle garde-robe à ma taille (toujours ces satanés kilos), agréable pour exercer mes activités de maroquinerie, et donc pas fragile, mais aussi présentable pour d’eventuelles sorties en cours de journée, ou si un livreur de colis se présente (je passe pas mal de commandes pour éviter les centres commerciaux). Pour cet automne, l’idée de sweets tous doux et de diverses longueurs (version pull, tunique ou robe) me plait bien, et dans la même lancée, des pantalons à taille élastiquée type jeggings ou jogpants, pour être au chaud, à l’aise et rester présentable.

Côté maroquinerie, à venir, un lot de porte-cartes, comme celui que j’ai fait selon le tuto vidéo de Peter Nitz. Puis un redit du sac à main que j’avais fait en 2018. J’ai prévu de le refaire avec un montage différent, et une vraie bandoulière, mais aussi d’essayer en différentes tailles. J’espère vous présenter ça le mois prochain.

D’ici là, restez prudents tout en profitant quand même de la vie.

Il y a du soleil à l’intérieur de chaque personne a dit Rûmi 😉

Hello, je suis toujours là :)

Bon, alors voilà… 4 mois sans coudre, ni faire de maroquinerie. Ah oui, mon dernier post ici date de Juillet 2020. Le début d’une période un peu compliquée pour moi. Sans rentrer dans les détails, on va dire que la période de crise sanitaire que nous vivons actuellement m’a plus affectée que je le pensais, et j’ai préféré prendre du temps pour moi et faire les choses les unes après les autres. J’ai quand même pris le temps de faire 2 petites pochettes entre quelques décorations de Noel, une veste car j’ai développé une lubie des vestes, et un pantalon spécial télétravail. Parce qu’entre la prise de poids, et devoir ouvrir de temps en temps au facteur des colis, il me fallait une tenue confortable mais présentable. J’aurais dû en faire plusieurs d’ailleurs.

Bref, me revoici en meilleure forme et la créativité de retour également. Alors, j’ai dû canaliser le paquet d’idées qui fourmillaient dans ma tête pour enfin commencer un projet. Pinterest m’a bien aidée sur ce coup là ; je suis partie sur mon envie de voyage, mes petits moyens donc la nécessité de faire quelque chose avec ce dont je disposais déjà, et assez rapide et fun à faire. Car l’idée était aussi de pouvoir en faire une petite série.

J’ai trouvé un patron d’étiquette de bagage sur le blog Dans Mon Bocal (en passant, c’est un blog bien sympa qui fourmille d’idées trop géniales à faire). En forme de poisson. Parfait, et pas besoin de faire un gabarit moi-même. Flemmardise quand tu nous tiens 😀

Extrait de ma recherche sur Pinterest

J’y ai passé quelques heures par soirs après mes journées de télétravail, sur une semaine. Donc niveau temps, c’était bien pour moi par rapport à mes dispos du moment et pour le projet que j’ai en tête.

Bon, on ne va pas se mentir, c’est moche. Mal exécuté, pas propre, cracra. Heureusement que je suis partie sur l’idée que c’était tout d’abord un prototype pour tester le patron en question avant d’en faire mon vrai projet, car j’aurais été bien déçue! Donc une première leçon pour ce retour en maroquinerie : toujours tester les gabarits ou les patrons, surtout si au départ il s’agit d’un patron pour de la couture textile. On peut tester avec du papier, de la Lyliane (une sorte de feutrine blanche qui agit un peu comme le cuir), du simili ou bien comme moi, avec une chute de cuir. Il doit bien y avoir d’autres matières pour faire ses tests, à vous de voir selon vos besoins, budget, envies etc.

Bref, ce prototype n’est pas top car :

  • le cuir utilisé a comme un revêtement plastique dessus donc le filet doit être à la bonne température pour ne pas laisser une trace noire comme je l’ai fait autour du carré de l’étiquette.
  • comme je l’ai déjà mentionné, le patron est adapté pour de la couture textile, donc il demande une adaptation aux techniques de maroquinerie. Revoir quelques dimensions pour que les coutures , en plus du filet ne se chevauchent pas par exemple.
  • ce point n’engage que moi, mais ça peut servir : je dois travailler avec plus de patience et de minutie. Ca évitera les dégâts apparents. J’avoue que j’étais tellement contente de rebosser sur un projet de maroquinerie que j’ai commencé dans la précipitation et non dans la minutie, pressée de voir le résultat. Clairement, on voit ce que ça donne. Et ce n’est pas beau. Comme on m’avait dit en formation et en stage : ce n’est pas vendable. Pour moi l’objectif n’est pas (encore) de vendre mes produits, mais par exemple, je ne peux pas offrir ça, ni même tout simplement le donner. C’est vraiment trop moche.
  • pour finir, je ne le répèterai jamais assez mais, il faut pratiquer encore et encore. Une formation c’est bien, c’est la base. Obtenir le diplôme qui permet d’attester de ses connaissances, c’est cool. Mais ca ne donne pas la dextérité, la créativité, l’agilité… Les mains ont besoin de s’exercer encore et encore pour travailler correctement; acquérir les bons gestes et être en adéquation avec le résultat escompté, pour coller à l’image qu’on a en tête. Cette tête a d’ailleurs besoin de voir et revoir les gestes pour comprendre et les intégrer correctement.

Donc voilà pour mon p’tit retour sur le blog, en maroquinerie, et sur les réseaux sociaux. Un résultat médiocre, mais l’envie est là. Pour continuer sur ma lancée, car comme je l’ai dit, il faut pratiquer au max, je vais partir sur un gabarit propre à la maroquinerie cette fois ci. Assortie d’une vidéo tuto en ligne en plus. Je devrais avoir un meilleur résultat cette fois ci. A suivre donc.

Des news en vrac

Cet article devait être publié fin juillet… Petit soucis de mise à jour… Donc contrairement à ce qui est dit plus bas, je suis déjà en congés 🤗🤩

Petit post du mois pour vous donner un peu de news maroquinerie, couture, forme. Je ne suis pas très présente sur internet ces dernières semaines car j’ai été très occupée avec la maison, ma santé en dents de scie, ma voiture partie à la casse, et mon salariat pour lequel je retourne au bureau 1 fois par semaine. Donc un nouveau rythme s’est imposé à moi, j’ai donc mis de côté la vie virtuelle on va dire.

Maroquinerie

Je n’ai pas trop avancé de ce côté là, j’ai commencé un nouveau sac trousse, mais bloquée car il me manquait l’aimant de fermeture. La commande passée est arrivée, mais l’atelier était en déménagement. Donc c’était en stand-by.

Par contre, la super news est que j’ai enfin pu récupérer ma machine à coudre le cuir, une machine Singer vintage, ancienne machine de cordonnier. Je l’adore, elle est extra! Au tout premier essai à l’endroit où je l’ai récupérée, j’avais un peu de mal avec la prise en main, même prise en pied je devrais dire 🤣 mais j’a réessayé chez moi, j’ai même fait une petite pochette, et elle fonctionne du tonnerre! Il me faut juste trouver un guide pour coudre droit et ça sera nickel.

Couture

Depuis mars j’avais repris la couture pour les masques, et ça m’avait redonné envie de me coudre des vêtements. J’en ai presque fini avec les masques ; il faut que je répare les tous premiers que j’avais fait car l’élastique utilisé n’a pas résisté aux lavages à 60°C😒 Mais j’avais besoin d’un autre accessoire utile pour commencer, simple et rapide à faire : un bonnet en satin. Oui vous allez me dire, mais qu’est-ce que tu fais avec un bonnet en satin ⁉ J’ai les cheveux crépus, j’ai même des locks, et il faut savoir que les types de cheveux bouclés, frisés crépus ont besoin d’un max d’hydratation pour rester en bonne santé et facilement coiffable. La nuit, on appuie notre tête contre l’oreiller, donc on écrase les cheveux. Ensuite, on bouge souvent la tête, donc les frottements abîment les cheveux, voire les cassent. Et pour finir, le coton de la taie d’oreiller absorbe l’humidité, une bonne chose, sauf pour nos cheveux. Donc pour éviter « l’emmelage », et la dehydration des cheveux, il faudrait soit avoir une taie d’oreiller en soie ou satin, sinon dormir avec un foulard ou un bonnet en soie ou satin. J’en avais un tout simple, noir, mais mon fils qui a les cheveux bouclés me l’a piqué. Donc oui il dort aussi avec un bonnet car il a testé et s’est aperçu que ses boucles restaient intactes le lendemain matin, et donc un gain de temps pour la coiffure avant de partir. Sans parler de la texture de ses cheveux qui reste donc soyeuse après une nuit de bataille avec l’oreiller (blague à part, il bouge tellement la nuit qu’au réveil, on a l’impression qu’il s’est battu avec la couette et l’oreille tellement tout est sens dessus dessous😂). N’ayant plus de bonnet, et surtout ayant besoin d’un bonnet plus grand car mes locks sont longues, j’ai donc décidé de me faire ce fameux bonnet. Sachez que vous pouvez en acheter, on en trouve sur les marchés, sur les places de marché du net, Ebay, Etsy ou même Wish, et donc à tous les prix. Sachant coudre, et ayant du tissu à foison, sauf la soie, couteuse, autant me faire ce bonnet aux dimensions personnalisées.

J’ai trouvé plein de tutos sur Youtube, j’ai utilisé celui de MijoDIY car j’aimais bien le rendu froufrou des bords. Elle donne les explications pour les 2 versions de toutes les façons : bords froufrou ou l’élastique plus près du bord. Je vais en faire plusieurs pour pouvoir tourner entre les lavages, et pour la version froufrou, je vais le faire un peu plus grand car les locks sont trop longues et le bonnet est trop juste 🙄

Donc celui là, à fleurs est mon tout premier, et je pense que mon fils ne me le piquera pas 😁 Je lui en ferai d’autres aussi pour qu’il puisse également tourner entre les lavages.

Avec cette couture de reprise, j’ai inauguré mon nouvel atelier

La Maison

En fait, j’ai déménagé l’atelier qui était en bas, dans notre sous-sol aménagé en salon, chambre, salle de bain. Mon fils étant désormais majeur, il a besoin de son espace, au lieu de sa petite chambre, et moi, j’avoue que l’atelier en bas c’était bien, mais pas assez lumineux. Donc on a échangé nos emplacements : Willem est descendu dans ce qu’on pourrait appeler son studio (il ne lui manque que la cuisine pour être totalement indépendant), et j’ai monté mon atelier dans son ancienne chambre. C’était assez sportif car il y a eu pas mal de meubles à déplacer, et j’en ai profité pour refaire le ménage de toutes ces pièces à fond. On avait un peu commencé en mars/avril pendant le confinement, mais les beaux jours que nous avons eu nous ont fait stagner au jardin plutôt. Là, on s’est aussi rendu compte qu’on n’avait plus les mêmes rythmes. Donc il est désormais dans son espace, il pourra veiller tard sans me déranger, recevoir ses potes, et moi je pourrai mieux travailler avec la lumière du jour, et ne plus avoir à monter une partie de mon atelier pour bosser à la lumière du jour par moments.

Comme je le disais, on est pas mal resté dans le jardin pendant les beaux jours du confinement (heureusement qu’on a une maison avec jardin, on a bien vécu cette période du coup), et on a donc jardiné un peu. Je suis la chaîne YT d’André Abrahami, et il m’a donnée l’idée de faire des boutures de patates douces, de christophines (appelées aussi chayotte selon les endroits) entre autres cultures depuis le début de l’année, et dans cet élan, mon père a enchaîné sur les plantations classiques de tomates, courgettes, poivrons etc. On commence à bien profiter de ces légumes du jardin là, et on en est bien content car d’une part c’est délicieux, et d’autre part, ça nous fait une petite économie non négligeable quand on voit les prix pratiqués depuis le confinement (de l’abus à mon sens 😠). Du coup, mon but serait de continuer en permaculture avec ce que je pourrai faire tout au long de l’année en région parisienne. André Abrahami est déjà une bonne source d’information et d’aide avec son groupe Facebook, mais on peut aussi s’aider du Potager d’Olivier, une mine d’informations et conseils, ou Joseph Chauffrey qui a un potager plus urbain.

Côté Forme

Le jardinage est quand même assez physique. J’essaie de suivre mes macros avec l’application MyFitnessPal et j’ai eu la surprise de voir que 2 heures de jardinage (désherbage, retourner la terre, bêcher, creuser des sillons puis semer, arroser) m’ont valu 561 calories en plus dans mon apport journalier. Pareil lorsque j’ai bougé les meubles, monté, descendu, remonté, redescendu les escaliers entre l’espace de mon fils et la chambre devenue atelier. Donc je n’ai pas trop fait de sport ces jours là, j’étais déjà bien rincée. Mais ca fait partie de ce qu’on appelle les NEAT, Non-Exercise Activity Thermogenesis, autrement dit l’énergie dépensée pendant toute activité courante. Il n’y a donc pas que jardinage et déplacement de meuble, mais aussi le ménage, la marche, etc. Ca reste intéressant à prendre en compte pour ajuster son alimentation quotidienne si vous surveillez pour votre santé, esthétique etc.

Je me suis inscrite au challenge 30 day yoga challenge pour débutants, en juin. Je l’ai suivi intégralement, ce sont d’ailleurs les seuls séances de « sport » que j’ai vraiment fait depuis des semaines. J’ai continué la musculation Lafay, mais depuis bien 3 semaines, j’ai arrêté. Ca fait du bien et je me sculpte, mais je m’ennuie. J’ai besoin de nouveauté, et faire du sport via un livre ne me motive plus. Je suis sûre que s’il faisait des vidéos comme Thibault Geoffray, Kevin Nabialek, ou même le fameux Shaun T, sur instagram ou YT, ca cartonnerait. La méthode Lafay est vraiment bien et efficace. Elle est évolutive et il faut bien suivre les étapes pour ne pas se blesser ou s’épuiser pour rien. Son défaut : la prise en main au début n’est pas simple car expliquer des mouvements à l’écrit n’est pas chose facile, donc les comprendre parfois encore moins. Malgré les photos. Et suivre l’ordre des séances préconisé est déroutant car il faut jongler entre les pages, revenir en arrière dans le livre, se rappeler des infos données au début etc. Bref, pas simple à prendre en main au départ. Mais une fois qu’on a compris, c’est de la bombe. Avec le livre Sybernétics, on est passé à une autre phase de la méthode et elle se voulait encore plus évolutive, plus complète pour le corps mais aussi le mental, avec encore plus de douceur (la devise de la méthode est « La douceur mène à tout » pour contrecarrer le « no pain no gain »). Mais je pense que l’équipe s’est mal préparée, il y a eu trop de couacs avec ce livre, la première édition n’est pas parfaite, on a eu des corrections via les liens sur internet, certains comme moi ont payé pour un produit qu’on n’a pas eu, l’alternative proposée ne convient pas forcément… Et le personnage Lafay s’est emporté, beaucoup de fans se sont retournés contre lui, bref, à mon avis, le stress engendré a été mal géré par l’équipe et la méthode en pâtis malheureusement. A mon avis, il faudrait lui redonner un peu de modernité en s’appropriant mieux les réseaux sociaux par exemple, en faisant un vrai beau site web, mais simple, avec les vidéos des entraînements spécifiques, même des possibilités de se créer des mini-groupes virtuels d’entraînements à distance par niveaux sur ce site. Ou la possibilité de se créer son entrainement en assemblant les vidéos des mouvements (j’ai une appli de yoga qui me permet de créer ma séance par exemple). (Je me rends compte que j’ai trop d’idées là du coup🙄😂)

Pour l’heure, je ne sais pas trop où en est le groupe Lafay, j’ai quitté les groupes Facebook car ca devenait négatif, Olivier Lafay ne supportant pas les critiques bannissait de ces groupes les personnes qui osaient donner leurs avis sur les couacs de Sybernetics . Pour moi ca ne collait pas avec la devise et l’image de départ de la méthode.

Ca, c’est moi en ce moment mdr

Bref, aujourd’hui, je ne fais plus ni yoga, ni muscu, ni jardinage, à part arroser, ni rien d’autre car je suis épuisée. Petite chute de tension, et là j’ai du faire une prise de sang pour savoir si j’ai des carences. Mon alimentation a jusque là été toujours équilibrée (je suis mes macros et je cuisine moi-même), donc je pense que je me suis trop dépensée physiquement depuis mars, et là mon corps me dit « stop, pause, repos total ». L’achèvement a été jeudi dernier lorsque je suis rentrée du bureau en transport : j’ai failli m’endormir bien profondément pendant les 15 mn de bus, et les 10 mn de trajet restant à pied étaient pénibles tellement j’étais sur les rotules. Depuis, je suis littéralement K-O. Donc je m’écoute, et je ne fais plus grand chose sauf le stricte nécessaire. J’attends mes congés pour dans une semaine ; on ne partira pas comme prévu malheureusement, ou alors juste des escapades pour changer un peu d’air. Le repos est donc de rigueur pour les prochaines semaines.

Prenez soin de vous, écoutez vous et profitez de la vie et de vos êtres chers. Bel été.

Le Sac-Trousse

Ca y est! J’ai enfin terminé le sac dont je vous parlais il y a déjà un ou 2 mois. Le sac presque sur mesure, le sac personnalisable. Je ne vais pas vous faire languir encore plus longtemps, j’ai déjà assez tardé à vous en fabriquer les premières présentations.

La conception, l’idée : J’ai eu cette commande sur-mesure il y a déjà 2 ans. Ce projet m’est resté dans la tête, et j’ai donc décidé d’en faire mon premier projet de maroquinerie personnalisable.

Je suis partie d’une trousse. Dessus, j’ai ajouté un rabat, une bandoulière, une doublure en tissu, et des poches à l’intérieur et à l’extérieur. Voilà… Et là vous me dites « tout ca pour ca!? » Alors regardons plus en détail, tout en sachant, que j’ai voulu partir sur un premier sac simple

Son utilité : vous pourrez l’utiliser comme trousse à mettre dans votre cabas pour l’organiser, pour y ranger vos papiers, maquillage, et le sortir comme sac de soirée ou si vous êtes au travail par exemple, comme pochette pour le stricte nécessaire sur le temps de midi, et éviter de porter son cabas à ce moment. Vous pourrez l’utiliser comme sac du quotidien tout simplement.

Ses dimensions : hauteur 15 cm – longueur 23 cm an bas, 28 cm en haut – Largeur 08 cm en bas, 07 cm en haut. Poche plaquée intérieure : 11.5 cm de long et 08 cm de hauteur. Poche plaquée extérieure : 16 cm de long, 09 cm de hauteur (de quoi y faire entrer un iPhone 6 par exemple). Poches zippées extérieure et intérieure : 15.5 cm de long, 07.5 cm de hauteur (de quoi y faire entrer un iPhone 6 par exemple) –

Une photo portée viendra bientôt, là je n’ai personne sous la main.

Les options :

  • le choix du cuir et de sa doublure en tissu (le cuir provient de La Trouvaille, Adapta ou La Réserve des Arts, comme expliqué dans mon article sur les cuirs)
  • le choix de la fermeture zippée
  • le choix du rabat à frange ou simple, et/ou d’y ajouter un aimant de fermeture
  • le choix de la poche arrière zippée ou plaquée
  • le choix de la poche intérieure zippée ou plaquée
  • le choix de la bandoulière fixe ou amovible, et/ou ajustable à l’aide d’une boucle à ardillon ou d’un bouton col, largeur simple ou double, cuir ou le tissu de la doublure.
  • le choix d’ajouter une anse de poignet, en cuir ou tissu.

Sa fabrication : selon la maroquinerie française artisanale. La couture est faite main, au point sellier sur le cuir, et pour le tissu à la machine. Lorsque le cuir le permet, j’utilise aussi les teintures de tranches avec le marquage au filet double. Ici le cuir métallisé ne l’ a pas permis, mes tests ont laissé des brûlures plutôt que de belles finitions ou alors un marquage à peine distinct en baissant la chaleur du filet. Et le cuir n’était pas assez épais pour en teinter les bords. Donc la finition dépendra du type de cuir, mais j’utiliserai toujours la couture au point sellier, pour l’instant à la main, on verra si j’acquiers une machine un jour

Délai de livraison : de votre commande à la livraison chez vous, il faut compter un mois. Je fabrique vos sacs à la demande, aucun sac n’est fait à l’avance, sauf ceux de présentation. Le délai peut être plus court bien évidemment, mais pas moins de 2 semaines. Quoi qu’il en soit vous serez prévenus dès que votre sac est prêt et qu’il sera envoyé.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Et enfin, ce que vous brûlez de savoir désormais, le prix : entre 67 et 88 euros, selon les modifications demandées, auquel il faudra ajouter les frais de port en Colissimo. Le sac sera mis en vente sur la plateforme Etsy avec toutes les options présentées.

N’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire s’il vous manque des éléments.


[Remise en Forme] Pour finir, je vais rapidement passer à un thème totalement différent, mais qui semble en intéresser plus d’un ici. En fait, j’ai le bonheur d’avoir des visiteurs nombreux au quotidien, mais une bonne partie arrive ici car elle va lire mon article sur le défi que je me suis lancée il y a un peu plus d’un an. En effet, j’ai voulu reprendre le sport, et me reprendre en main pour l’alimentation dans le but d’améliorer ma santé et mon esthétique tant qu’à faire. L’objectif n’est pas encore atteint, je n’ai pas perdu les kilos qu’il me fallait mais je n’ai pas du tout baissé les bras, au contraire, j’adore me bouger et me transformer. Mais autant il m’est facile de faire mes séances sportives (toujours Lafay + Yoga) chaque matin avant le travail, autant l’alimentation est mon pêcher mignon, je suis gourmande et le confinement a contribué à me faire plaisir de ce côté là. Mais, j’ai continué mes petites recherches de ce côté là, et j’ai compris que mon métabolisme était au ralenti et ce qu’il fallait que je fasse pour le booster et enfin perdre ces satanés kilos. Donc depuis un bon mois, c’est reparti niveau alimentation et ça semble assez bien fonctionner. Si ça vous intéresse, j’ai déjà écrit une petite mise à jour en début d’année et je peux écrire un autre article dédié, car je ne voudrais pas que celui ci soit trop long.

Photo de Pixabay sur Pexels.com

En attendant, prenez soin de vous, profitez de la vie et des êtres qui vous sont chers, faites ce que vous aimez. A bientôt

%d blogueurs aiment cette page :